Bilan thermique de sa piscine

Faire un bilan thermique de sa piscine, c’est évaluer de façon précise la quantité de chaleur nécessaire à un échangeur de chaleur extérieur placé sur la boucle de filtration et de recyclage de l’eau pour porter l’eau à la température souhaitée. Une fois la puissance thermique maximum évaluée, l’équipement de chauffage comme une pompe à chaleur piscine pourra alors être choisi selon des critères économiques ou environnementaux.

Faire le bilan thermique de sa piscine, c’est tout d’abord fixer les paramètres spécifiques concernant la situation géographique de la piscine et les conditions d’utilisation comme les données caractéristiques du climat de la région (vent, moyennes de températures extérieures selon les saisons d’utilisation, pluviométrie), les périodes de fonctionnement dans le cas de piscines de maisons secondaires notamment, la quantité d’eau à chauffer (qui se calcule à partir de la surface au sol et la hauteur), le température de l’eau ciblée, les particularités de la piscine (présence d’un petit bassin, d’une cascade) et la durée moyenne d’utilisation journalière.

L’autre paramètre important, c’est le type de piscine: la piscine enterrée ou la piscine hors sol. Outre l’écart qui peut être conséquent du volume d’eau à chauffer, le type de piscine va influer sur le bilan thermique lui même par rapport à la température initiale de l’eau à chauffer et les déperditions thermiques. Incluse dans le sol possédant une température stable toute l’année, l’eau de piscine subira forcément moins les écarts de température en hiver ou en automne que l’eau de piscine hors sol, toutes choses égales par ailleurs. La fermeture ou non de la piscine également est très importante, dans la mesure où en été l’évaporation peut être importante et donc l’eau d’appoint provenant du réseau générera forcément plus de calories pour son chauffage que si l’eau ne peut s’évaporer.

La quantité de chaleur nécessaire au chauffage de l’eau est le produit de la masse d’eau à chauffer, de la capacité calorifique de l’eau (4,18 J/g/°K) et du différentiel de température. La puissance thermique maximale s’établira donc en fonction du débit d’eau à chauffer pour un différentiel de température maximum.

On choisira ensuite un type d’échangeur à énergie fossile, électrique ou solaire comme une pompe à chaleur piscine correspondant à son budget d’investissement, à ses préférences et au coût de fonctionnement lié à l’utilisation de sa piscine hors sol en bois, autre matériaux ou enterrée.

Maintenant, place à vos calculettes ! Mais le mieux, c’est encore de faire appel à un spécialiste du chauffage de piscine pour le faire.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :